Avoir peur, c'est avoir envie de vivre.

http://flotte.cowblog.fr/images/1000586.jpg

Entre temps, j'ai réussi mes examens. (Mais je suis pas super bien classée, pas cool pour le choix des stages.)
J'ai reçu la liste des stages, il faut que je choisisse pour cette aprem.
En espérant pouvoir en avoir un qui me plaît.
J'ai plus d'argent. (Genre, j'ai carrément dépassé le budget du voyage.)
Du coup j'hésite à partir faire un tour de l'Europe en juillet, surtout que pendant que j'étais pas là ils en ont profité pour tout modifier, donc c'est caca.
Et j'ai envie d'une toute petite harpe sous le bras.

... pour 2 semaines de road trip en Irlande.http://www.voyages-dernouvel.fr/imgfr/europe/irlande4.jpg
Gros craquage de slip.
Vive le diagnostic infectieux.
Si j'avais su, j'aurais pas v'nu.
Cette année, mes exams durent 2 semaines.
Ouais, je me suis chopé le week-end prolongé en plein milieu.
Y a déjà 4 épreuves de passées lundi et mardi dernier.
Encore 4 lundi mardi, 1 vendredi et c'est fini.

Faut savoir que cette année encore, les révisions, c'est assez épique chez moi.
D'abord, il s'avère que j'ai dû commencer mon stage en officine une semaine après tout le monde.
A cause des pharmaciens qui savent pas causer entre eux, et qui ont pas tilté que du coup, y avait 2 stagiaires en même temps à la pharmacie.
Ensuite, j'aurais pu profiter de cette "semaine de retard" pour commencer à réviser, mais non.
Stage de recherche.
Où j'appuie sur un bouton toutes les 2 minutes.
Pas grand chose de plus.
J'ai découvert qu'en 2 minutes, on a le temps de rien faire.

Et puis, stage à Vannes. Bon, là, j'ai pu réviser un peu.
Pendant une semaine, j'ai fait mon rapport de stage, pendant la deuxième, j'ai révisé dans le bureau (dans lequel j'étais pour ainsi dire enfermée).
Heureusement, j'étais avec ma soeur, donc on bougeait quand je rentrais, et qu'est-ce que ça faisait du bien.
Être tout le temps assise dans un bureau toute la journée, et ce 3 semaines en comptant le stage de recherche, ça tue.
(Quasiment littéralement.)

Et puis retour de Vannes.
Il est temps de bosser à Perros. Eh, c'est que je suis fauchée, petite étudiante que je suis.
Dernière semaine de révision aussi.
Et là, bam, mon disque dur externe me lâche.
Celui sur lequel j'avais mes cours.
Yahooooo.
Heureusement que je pouvais les récupérer sur internet.
Mais goodbye le tri et les modifications de faite.

Bon, évidemment, j'ai pas énormément bossé, avec tout ça.
Je pense quand même avoir réussi à sauver les meubles en début de semaine, même si je le sens pas plus que ça.
Et là, ce week-end, fallait que tout le monde soit en vacances sauf moi.
Fiesta dans tous les coins, tout ça.
J'suis quand même allée à l'anniv' de la copine de ma soeur, parce que quand même, c'est la copine de ma soeur, et puis 30 ans, quoi.
C'pas rien.
Conclusion : je suis rentrée jeudi, j'ai passé mon vendredi à glander, et là, ce week-end, je me suis rendue compte que, mais bordel, mais qu'est-ce que tu fous, t'as 5 exams dans la semaine,
BOUGE TES FESSES !
Demain, fin du stage.
Samedi matin, boulot boulot à la pharmacie.
Rebelotte en fin de semaine.
Révisions, exams dans une semaine et demie.
Week-end prolongé.
2 potes qui reviennent de loin. Qui veulent faire une soirée.
L'anniversaire de la copine de ma soeur.
Une crémaillère, peut-être.
Rebelotte examens pendant 1 semaine.
Et puis stage de recherche.
Voyage en Irlande. Coachsurfing, Conemara, Pubs et musique irlandaise. Peut-être harpe, qui sait.
Retour en France pour les potentiels rattrapages.
Sinon, départ pour la Russie.
Suivi d'un voyage dans toute l'Europe. Florence, Venise, Vienne, Cracovie, Stockholm, Olso, le cercle polaire.
Et puis, peut-être boulot à la pharmacie.
Ou alors du Woofing, quelque part dans le monde.
Peut-être une semaine ou un long week-end en famille dans tout ça.

Et puis, j'ai trouvé des meubles. Sur le bon coin. Plein de meubles.
J'ai trouvé des vêtements aussi, aux Aubaines de le Redoute.
Envie de neuf, envie d'être sur la route.
Voyager, découvrir.
Revenir et se sentir si bien chez soi.
Arriver, manger des crêpes sur son balcon, au milieu des fleurs, dans le soleil du soir.

Ouais, ça me tente bien.
I'm just such a mess right now.
Pour la première fois depuis des lustres, j'ai conduit les fenêtres grandes ouvertes, Tina Turner en fond musical.
Aujourd'hui, il fait 18°C.

En regardant Game of Thrones, lalalalala. <3
Je sors de weekend, mais j'ai l'impression de pas en avoir eu. Je suis tellement fatiguée que je pourrais m'endormir debout. J'ai surveillé des ECN blancs tout le weekend, voyez-vous. Et là, j'enchaine entre les cours, le stage de recherche et les révisions. J'ai envie de vacances, mais j'en aurais pas avant un bout de temps. Faut tenir encore un peu. Comme on dirait en anglais, I'm worn out. Faut encore que je rattrape des cours. Faut que je m'occupe du rapport de stage, je vais pas laisser mon binôme le faire tout seul. Et puis j'ai perdu deux amis. Par ma faute, certes. Ils voulaient être plus que des amis, ils ont trop insisté, j'ai craqué. Je suis pas sûre de les revoir un jour. En ce moment, on peut dire que j'ai un peu peur de la vie. Ou peut-être plutôt de la vie avec les autres. Je reste chez moi, je reste dans mon canapé. Parfois sans rien faire, pendant des heures, avec un peu de jazz. Je craque. J'irais peut-être pas en cours cet aprem.
Ca fait 3 jours, dont déjà un d'absence pour maladie.
Bref.

Le sujet ? Profilage métabolique de lichens par IR via des des fibres déportées de verre en chalcogénure.
Comment on fait ça ?
On commence par extraire les produits métaboliques des lichens. (Et ça, c'est déjà bonbon.)

Ensuite, il y a une 1ère partie : la détermination de l'influence de la concentration en métabolites sur la méthode utilisée.
Parce que oui, si la concentration a une influence, ça complique l'applicabilité de la méthode.
Sachant que le but final, c'est quand même de prendre un lichen, dans la forêt ou sur un caillou (Paraît que c'est là que ça pousse), et de pouvoir l'identifier "pof" avec une sonde infrarouge sans passer par toutes les étapes que je dois faire pour mon stage. En gros, utiliser la méthode sur le terrain pour identifier les lichens.
Si vous avez suivi : je suis en train de faire en sorte de prouver que toutes les étapes par lesquelles je passe sont inutiles.
...
Bref.
Donc on teste différentes dilutions de notre petit extrait de lichen avec la sonde infrarouge.
Qui pour l'instant n'est pas du tout portative vu qu'elle fait 2 étages, si j'ai bien compris.
Donc l'applicabilité sur le terrain, euh...
Mais ne nous démotivons pas : imaginons un futur proche où elle le sera.

Une fois qu'on a déterminé si la concentration allait nous emm***** ou pas, on peut passer à la 2ème étape.
Qui est beaucoup moins longue et beaucoup plus applicable sur le terrain s'il n'y a pas de problèmes de concentrations, soit dit en passant. (Eh, j'allais pas faire l'étape 1 pour rien, non plus.)
C'est-à-dire prouver que la méthode est efficace : il faut montrer qu'on peut identifier un lichen à partir de son profil infrarouge.
Sachant que pour l'instant, on pourra juste montrer que 2 lichens différents ont des profils IR différents, et 2 lichens identiques ont 2 profils IR identiques ou tout du moins très proches.
Eh oui.
Parce qu'identifier un lichen à partir de son spectre IR signifie avoir une base de données de tous les spectre IR des lichens connus, à laquelle le comparer.
Et ça, pour l'instant, vu qu'on en est qu'à prouver que la méthode marche, on en est encore à 10 000 années-lumière.

Ca va être rigolo.
(Si je commence pas par vomir dessus...)

<< Amont | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | 7 | Aval >>

Créer un podcast