Avoir peur, c'est avoir envie de vivre.

La tempête sévit. Le vent déferle par bourrasques, emmenant avec lui la neige qui cingle les visages difficilement cachés sous des écharpes de laine.
La neige ne tombe plus. Trop froid.
-16° dehors. -31° ressenti. 21° dans l'appartement. Les stalactites tombent en fracas du bord du toit.
Il fait bon de rester à l'abri. (Et de regarder le renne passer depuis sa fenêtre.)
 Il fait -21° dehors.
Oups.
Ca y est, c'est bientôt le début de l'aventure.
Mercredi après-midi, le train démarre vers 15h. Paris, d'abord.
Et puis, jeudi matin, 10h35, l'avion décolle. Quasiment 24h de voyage (dont une escale de 8h).
A l'autre bout, Missoula.
La grandeur américaine.
4 mois de stage. Ou plutôt 3 mois et un mois de vacances.
4 petits mois pour tout découvrir.
4 petits mois pour rêver.
4 petits mois pour me couper de tout ce qui me retient ici.
Pour changer.

J'emmène ma harpe sous le bras. Ma belle, oh si belle, harpe.
Ma tablette, pour rester connectée.
Des culottes, pour tenter de rester propre (un peu).

L'appartement est vide et ça me fait tout drôle.
Je m'en vais... Avec un presque point à la fin.
Je viens de faire une folie.
J'ai acheté une tablette.
C'est les soldes, c'était l'occasion ou jamais.
Mais ça reste une folie.
J'aurais dû ou j'aurais pas dû ?
Telle est la question.

Il fait -7°C et il neige.
Et je suis sûre qu'il y a une super piste de luge.
Et que les cowboys sont au bar avec leurs grands chapeaux.
Et puis, si ça se trouve, il y a un lac où on peut faire du patin à glace.
Et des Sequoias géants.
Et un raton-laveur.

A la fin du repas, ma mère m'a montré un courrier.
Elle l'a montré à toute la famille, en fait.
Il s'agissait des résultats d'un scanner pulmonaire de mon grand-père.
Elle est médecin, donc je pense qu'elle avait très bien compris ce que les résultats signifiaient, mais elle a préféré nous demander notre avis.
Lésion au niveau du poumon droit, qui obstrue la bronche principale du lobe inférieur droit, ce qui implique une absence de ventilation de ce lobe, avec une remontée du diaphragme du même côté.

En français : Cancer du poumon.
On a passé le reste du temps à discuter de ce qu'il fallait faire.
Quels examens complémentaires, leur utilité à son âge, quel traitement pourrait l'aider sans le faire souffrir, comment on allait annoncer ça à Mamie.
En bonne famille de médecins.

Et ce matin, je me suis réveillée, et je crois que j'ai saisi ce que ça voulait dire.
Je veux dire, faut bien mourir de quelque chose.
Et mon Papy vieillit.
Et ils parlent tellement souvent de l'approche de la mort, Papy et Mamie.
Mais je sais pas.
Un cancer du poumon.
C'est pas drôle.
Et je ne suis PAS tombée dans les pommes !
Oh yeah.
La pluie contre les fenêtres,
Le chocolat chaud emmitouflée dans une couette,
Le rouge des feuilles sur le sol,
Les châtaignes et les champignons,
L'odeur d'humus humide dans la forêt,
La froideur du vent,
Le crumble aux pommes,
La nuit.

L'automne est arrivé.

Je reviens avec les pieds cassés,
des courbatures,
des coups de soleil,
mal aux yeux.

Et du rire.
C'est fraise avec un peu de crème sur le balcon, petit verre de vin rouge en prime.
Ce soir, à la base, j'avais badminton.
Mais ça fait plus d'un mois que j'y suis pas allée, avec les exams, mon voyage, tout ça.
Et je viens juste de rentrer du labo de recherche où je fais un stage. (Pour ceux qui ont suivi.) (Pour ceux qui suivent pas, QCM à la fin de l'article.) (Vieille technique de l'interro surprise toute pourrie.)

Bref, je vais encore pas aller au badminton.
T'façon, j'ai faim. Et quand j'ai faim, je suis capable de manger une raquette.
Et j'ai envie d'être chez moi, tranquille.
Ouais, chez moi.
Avec mon ordinateur.
Au lieu de me péter les côtes avec plein de monde bien fun au badminton.
Comment ça, c'est tout pourri ?

Donc je suis chez moi.
Si ça vous intéresse, je viens de manger une banane aussi.
Quel article intéressant.
Ca va pas très bien avec les fraises et le vin rouge, cela dit.
Bref.

... Il sert vraiment à rien, cet article.

Reprenons.
Il fait beau.
Je pars en stage dans le Montana pour 4 mois l'an prochain.
Je vais peut-être faire un mini-tour de l'Europe cet été. Et un cycle trip (pour compléter le road trip) le long de l'Atlantique.
J'ai craqué sur une harpe troubadour d'un luthier irlandais.
Demain, je vais au marché avec une pote pour se péter la panse avec du fromage.
Ce soir, je suis tranquille chez moi.
C'est le week-end.
Je reviens tout juste d'un voyage canon en Irlande.
En fait, la vie est belle.

<< Amont | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | 6 | Aval >>

Créer un podcast