Avoir peur, c'est avoir envie de vivre.


http://flotte.cowblog.fr/images/Sanstitre-copie-1.jpg

(I'm sorry, I just don't know how I'm supposed to behave with you anymore. I'll probably not call because of that even though I really want to. And it's hard on me. I do want to be your friend. I just don't know how to be a friend 'cause I never really was your friend. And I actually don't feel like your friend right now, 'cause you basically don't really take time for that. Which I understand. I mean, I too have friends that I don't get in touch with for ages and then call and have a drink with them like if it was just yesterday. I too have a job that takes time and requires me to go to bed early and get up early. It's just really tough to go from being your girlfriend to that. Not that I have feelings for you anymore. Just that I used to talk to you a lot, that I was sharing a lot of my worries, joy and feelings with you, and I haven't really had the chance to do that anymore. It feels like it never existed and I disagree so much with that. I don't share stuff like that to anybody. And I kind of used you as my strength for a while, to be able to go on with life and everything, and it just feels like it was suddenly taken away from me and I'm starting to fall off the top of the cliff. You were my rock, and I trusted you - and I still do no matter what happened - but right now my trust is just eroding away under my feet, like it had no reason to be, and it was just an illusion.
I can't keep going like that. It scares me. It terrifies me to not know which way I'm going. Sometime I feel like it's ok, and I'm just happy with it, sometime I'll just feel crushed inside and wonder how I can even think of still coming in November, not knowing what I'll find there. Friends, acquaintances, or strangers? Maybe a future that I could like? Maybe a past that I should just forget about? I'm scared. I'm really scared, you know. I'm not asking you to tell me, obviously not. I just need to build my trust back, that bridge that everybody is building for himself, and I feel like I need your friendship to do it. At least for now. Just don't let me fall, I'm not that strong.)
Discovering that nobody needs you.
http://www.eurl-duhautbois.fr/upload/chiot-jack-russel_eurl_du_haut_bois_nVvXwQ.JPG
J'ai fini par me trouver un boulot d'été. Comme j'ai dit avant.
Après-midis de 15h à 19h et samedis 10h-13h et 15h-19h.
Avec mon stage le matin, autant vous dire que ça fait des longues journées. (Et des longues semaines.)
C'est une pharmacie près d'un super U à 15-20 minutes de chez moi en voiture.
Beaucoup de monde à passer, ça ne s'arrête jamais.
L'équipe est majoritairement composée de pharmaciennes.
Y a la patronne, stressée, mais elle m'avait prévenue.
Parisienne, donc pas étonnant.
Y a les 2 nouvelles.
Elles sont chouettes, elles se souviennent ce que c'est d'être étudiant.
Elles font de leur mieux, même si je vois bien que de temps en temps, elles sont débordées.
Elles ont pas encore l'expérience des anciennes au comptoir.
Et y a celle qui reste de l'ancienne équipe, avant que la patronne ait repris l'affaire.
Elle, elle m'a pris en grippe, je crois.
Ou alors, c'est que je sais pas la cerner.
Mais bon, des remarques pareilles, je suis pas sûre que ce soit par gentillesse qu'elle les fasse.

Ca fait maintenant 2 semaines et demie que je bosse là.
Je m'entends bien avec la patronne.
Elle a pas l'air mécontente de ce que je fais.
De temps en temps, elle nous file des madeleines et du jus d'orange quand y a un moment de flottement. (La fois d'avant, c'était un mascara.)
Je suis contente d'être au comptoir.
J'ai l'impression d'être plus utile que sur les bancs de la fac.
Ca fait du bien. (Mis à part quand la vieille me fait des remarques de merde.)
J'ai l'impression qu'un jour, je serais peut-être capable de gagner ma vie.
Il faut juste passer au-delà de ceux (celle, en l'occurence) avec qui tu t'entends pas.
S'y mettre, à fond.
Tenir jusqu'à la fin de la journée.
Rentrer chez soi, retrouver son canapé.
Et prendre une part de gâteau avec un petit verre de vin.
Je pourrais presque m'y habituer. (Moins la râleuse.)
J'ai toujours mes billets d'avion.
Je ne vais pas les annuler, je ne pense pas les modifier non plus.
Je veux toujours aller m'installer là-bas, avec ou sans lui.
Le seul soucis, c'est qu'il était une motivation en plus.
Maintenant qu'il ne l'est plus, en plus de ne plus avoir cette motivation, j'ai peur de retourner là-bas.

Parce que oui, je tiens toujours à lui.
Que je suis blessée.
Et que je ne suis pas sûre d'avoir envie de le revoir.
Par peur d'être encore plus blessée.
Ca va pas m'aider, tout ça.
D'y avoir cru si fort.

Hier soir, j'ai attendu qu'il rentre du boulot parce que je voulais skyper avec lui.
Enfin, "attendu"... J'étais en soirée avec des amis, du coup, je suis juste rentrée quand je savais qu'il allait être de retour.
Et bam.
"Hey, we should talk about us."
Il m'a larguée.
On est trop différent.
C'est ce qu'il dit.
Il ne voit pas notre relation durer sur le long terme.

J'me sens tellement. Con.
J'ai toujours mon billet pour aller là-bas en novembre.
Pas possible de l'annuler, on connaît les compagnies aériennes.
Il me dit qu'il veut quand même que je vienne.
Parce qu'il ne m'aime pas comme ça, mais qu'il m'aime beaucoup quand même.
Mais s'il ne m'aime plus comme ça, en un mois de distance, qui dit qu'on sera même encore en contact à ce moment-là ?
Alors en plus, maintenant, j'ai peur.
J'ai peur.
J'avais tellement confiance.

Mais quelle con je fais.
Premier RDV dans 2 mois. YES !

<< Amont | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Aval >>

Créer un podcast