Avoir peur, c'est avoir envie de vivre.

Ca y est, les cours ont repris.
Le stage se finit dans 2 semaines à peu près.
Ce week-end, je navigue.
Il fait beau, c'est l'été indien.
Bientôt la saison de la chasse.
Le vent va revenir, et je pourrais aller passer des après-midis sur l'eau.
La pluie aussi, et je pourrais passer des matinées aux champignons.

Un pote américain m'a rendue visite au milieu de ses vadrouilles en Europe.
Sympa, à part qu'il est alcoolique et que je le savais pas avant.
C'est l'inconvénient quand on loge quelqu'un : on découvre des choses qu'on préfèrerait ne pas savoir.

Je n'ai toujours pas fini mon mémoire de recherche.
Depuis plus d'un an que ça dure, va peut-être falloir, quand même...

J'ai mes UE de l'an dernier à rattraper.
Mes projets à construire.
Voile, ONG, le Danube à vélo.
Mes parents à gérer.
Ils n'acceptent toujours pas mon envie de voyager.
Ils ne comprennent pas.
Il n'y a rien à comprendre.
Et j'en ai marre de devoir toujours tout expliquer quand il n'y a rien à expliquer.

Et puis, qui sait, je trouverais peut-être quelqu'un à aimer ?
Jim Carrey

Welcome to our (not-so-secret) Underground Society.


INSTRUCTIONS
1. Stand up
2. Raise arms above head to make the shape of a mushroom cap.
3. Keep left hand on head, and slowly (aka “time lapse-like”) lower right arm, extended to shake a hand.
4. Say, "I'm a ‘Fun Guy’. How bout you?"
5. Try not to laugh. (Mushrooms are to be taken very seriously).
En ce moment, je suis un peu up and down.
Je sais pas si ça a quelque chose à voir avec les hormones, mais vu que ça ne m'arrive pas tous les mois, j'en doute.
J'ai dit les pires choses du monde à Smitty.
Et la vérité, c'est que ça m'a fait du bien.
Même si je regrette, parce que maintenant, il ne me parle plus...
Je me suis excusée, mais il ne répond pas.
Tout a commencé avec une image de lui et sa nouvelle copine... ça m'a fait une claque, et j'ai complètement perdu mon sang froid.
Alors pour lui, maintenant, je suis quelqu'un qui est capable de traiter les gens qu'elle aime de tous les noms possibles et imaginables, et capable de souhaiter du mal à quelqu'un.
Bon, ce n'est pas tout à fait ce que j'ai fait, je ne ferais pas ça, mais il a peut-être mal compris...
J'ai surtout dit que j'étais tellement en colère que je le frapperai s'il était en face de moi, que j'avais envie qu'il paie pour la douleur que je ressentais.
Qu'il était un lâche pour ne pas avoir osé me dire avant que je quitte les us que ça ne marcherait pas, entre nous.
Pour sûr, j'étais en colère...

Maintenant je me suis calmée, je lui ai expliqué et me suis excusée.
Mais il ne parle plus.
Soit je l'ai trop blessé, soit il ne s'imaginait pas que j'étais blessée à ce point.
Soit autre chose, que je ne comprends pas.
Bref, c'est un peu merdique, tout ça.

Cette photo, elle m'a fait un coup de poing dans la gueule aussi parce que j'étais sur le point de passer vraiment à autre chose, et du coup non.
Du coup, j'ai à nouveau mal alors que j'allais mieux.
Du coup rebelotte avec les larmes et tout le taratintin.
Tomber pour me relever, je sais pas exactement combien de fois je vais pouvoir le faire...

[Le Chêne et le Roseau - Les Cowboys Fringants]
Cet article est protégé par mot de passe :  

Au moins, ça m'aide à savoir ce que je vais faire quand je finis mes études.
Je pars en tour du monde les amis !

(Et c'est lui qui m'inspires : Voyage d'Yvinec )

Il souffle dans ma tête et il fait tout tomber.
C'est un vent froid que le plus chaleureux des soleils ne saurait chasser.
Il prend au coeur, remonte jusqu'à la tête.
On perd la raison, et les larmes coulent, simplement.

Se noyer dans 3 cm d'eau.
Tomber de la falaise sans parachute.
Tout casser parce qu'on a plus la force.
Plus le courage.
De continuer, d'aller vers l'avant.

L'avant, c'est où ?
Nulle part.
Il n'y a pas d'avant, pas d'arrière.
Il y a juste maintenant.
Le choix que l'on fait à l'instant présent.
Seul.

On n'en voit pas le bout.
On suit le vent, et le vent tourne.
Alors on tourne en rond.
On regarde la voile, on en oublie le cap.
On regarde le cap, on en oublie la voile.

Oublie.
Oublie que ça ne sert à rien.
Continuer de te leurrer.
Il faut bien vivre...
And I'll be back in Montana.
(And I'll know what I'll do with my life.)

<< Amont | 1 | 2 | 3 | 4 | 5 | Aval >>

Créer un podcast